Jeudi, 30 Mars 2017, contenu 42

< suite>>
Le conflit du siècle : Jésus Christ était mort un vendredi ; non, Il était mort un mercredi Suite 2.
Chapitre  10 : 1-11


Hypothèse 1 : Jésus était mort un vendredi  ( suite )

Qui n’avait jamais entendu parler, du moins de la version enfantine, de l’histoire de Jonas qui est resté dans le ventre du gros poisson ? Ceux qui ont acquiert plus de connaissance ont sans aucun doute appris qu’il s’agit du prophète de Dieu Jonas, qu’Il a dû punir à cause de sa désobéissance et s’est fait avaler par un gros poisson pour rester dans son ventre ? Mais ce n’était pas un hasard, c’était dans le Plan de Dieu ; et Jonas y restait pas seulement pour y rester, mais pour y rester 3 jours et 3 nuits, une période bien calculée et prophétique par-dessus tout. Pour revenir au jour de la mort du Christ, voici donc la question que tout croyant « au vendredi » aurait l’obligeance de fournir une réponse qui l’aiderait à se re-enraciner ou à trouver les vraies valeurs de sa foi chrétienne: « Si Jésus était mort un vendredi, aurait-IL été resté effectivement enseveli 3 jours et 3 nuits au sein de la terre comme l’exemple  du prophète Jonas ?
Jésus Christ Lui-même a authentifié l’événement miraculeux de Jonas pour montrer à  « cette génération méchante et adultère » que c’est le signe de la mort du Fils de l’homme. En effet, Il s’adressait ainsi au clan  pharisien en quête d’un miracle messianique  « (…) ; et il ne lui sera pas donné de signe, si ce n’est le signe de Jonas le prophète. Car, comme Jonas fut dans le ventre du cétacé trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre ». Matthieu 12 : 39-40.
Tout comme Jésus a signifié cette génération méchante et adultère Sa venue pour la sauver, aujourd’hui, Il nous le signifie encore comme « la visite » de Jonas chez les Ninivites était d’ordre capital et pour leur repentance et pour leur grâce.  

Le signe de Jonas nous amène donc à conclure que si Jésus était mort un vendredi, ce signe ne se serait pas accompli car Il aurait été seulement resté  2 soirs et 1 matin au sein de la terre (vendredi soir, samedi matin et samedi soir) avant le dimanche, le premier jour de la semaine  de Sa résurrection. Matthieu 28 : 1-6 ; Marc 16 : 1,9 : Luc 24 :1,2 ; Jean 20 : 1.2.Il est à noter que : 1 jour comprend un soir et un matin, selon Genèse 1 : 3-5

Dans le même cas, examinons ces extraits des versets, selon les évangiles suivants (version J.N. Darby, 1984):

Marc 8 :31.
« Et Il -Jésus Lui-même- commença à les enseigner : il faut que le Fils de l’homme (…) ; et qu’Il soit mis à mort et qu’Il ressuscite après 3 jours ª Il a prédit Sa mort  « après 3 jours

Luc 24 : 14-21.
Sur la route d’Emmaüs après la mort de Jésus, deux disciples rapportent ainsi : « (…) Or nous, nous espérions  qu’Il était Celui qui doit délivrer Israël ; mais encore avec tout cela, c’est aujourd’hui  le troisième jour depuis que ces  choses  sont  arrivées». ª « Ce jour » était après 3 jours.

Matthieu 27 : 62-66
« Et le lendemain qui  est après la préparation, les principaux sacrificateurs et les pharisiens  s’assemblèrent auprès de Pilate (…). Ordonne donc que le sépulcre soit gardé avec soin jusqu’au 3ème jour de peur que les disciples ne viennent et ne le dérobent ». Selon cette hypothèse 1, ce lendemain correspond au Sabbat, ce qui  nous amène à penser que les pharisiens étaient allés chez Pilate le jour du Sabbat. Ce qui paraît illogique !

Luc 23 : 53 –24 et Marc 16 :1
déterminent deux temps différents en ce qui concerne la préparation des aromates pour embaumer le corps de Jésus : tandis que Luc parle  d’une préparation à la veille du Sabbat, Marc souligne  un temps d’achat après le Sabbat ». Tenant compte de ce qui précède, si l’on retient l’hypothèse 1, l’on constatera par conséquent qu’il y a une contradiction.

Ce qui nous amène à tirer la conclusion suivante : l’hypothèse 1, d’une part, ne caractérise pas l’unicité de la prophétie de Daniel et le signe de la mort de Jésus qui est  symbolisé par le cas du prophète du prophète Jonas, et ne permet pas d’harmoniser la cohérence dans véracité des Ecritures.



< suite>>