Dimanche, 26 Février 2017, contenu 65

< suite>>
Babylone la grande

Chapitre 17


"
Le jugement de la mère des prostituées qui trône sur les nations de toutes les langues de la terre : Babylone la grande"
La grande prostituée, la mère des prostituées, est assise sur les grandes eaux: l'église apostate domine les nations de toutes les langues. Babylone la grande et mystérieuse a fait les nations du monde son trône en les soûlant du vin de sa débauche, mais pour que les Paroles de Dieu s'accomplissent, elle sera jugée et tombera.

En référence à sa chute, l'on constate que ce chapitre 17 explique le verset 8 du chapitre 14, ainsi formulé: "elle est tombée, tombée Babylone la grande qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de sa débauche". De la même manière, le verset 19b du chapitre 16 nous fait comprendre la destruction de "cette ville" [la ville en référence n'est pas la Babylone  physique en Irak] après avoir bu la coupe de la colère de Dieu.
Si la Babylone du chapitre 14 représente un système religieux à abolir, et celle du chapitre 16 un système politique à éliminer, le présent chapitre nous parle d'un système mondial religieux, hélas dominant toutes les nations de toutes les langues de la terre, à détruire, celui de la Babylone la grande, l'église apostate.

Notre étude sur l’histoire des églises nous fait rappeler, en référence aux versets 2 à 5, que les caractéristiques  de cette grande prostituée représentent véritablement l’église de Rome, qui transporte plutôt les habitants de la terre dans une grande déception, sa doctrine papale embrassant l'idolâtrie sous tous ses degrés et formes avec sa longue histoire de culte idolâtre, de culte de reliques de soi-disant saints, de rites religieux mystérieux, de pratiques païennes et magiques. C’est la Rome prostituée qui a adopté les abominables pratiques païennes de l'ancienne Babylone. Traçons et énumérons brièvement les  faits historiques et géographiques s’y rapportant.

I -Faits historiques

(a) une église et un état

La relation intime de la femme avec la bête reflétée dans la vision de Jean, traduit ainsi une « relation intime entre  une église et un état »: l'église de Rome et le Vatican. Le système doctrinal de cette église confirme son caractère monarchique au service du Vatican.

(b) 7 empires et 10 rois

La bête a dix cornes et sept têtes. Il s’agit de la même bête des chapitres 12 : 3 (sept têtes avec diadèmes et dix cornes) et 13 :1 (10 cornes avec diadèmes et 7 têtes) mais dans cette vision cette bête ne porte aucun diadème , trait remarquable permettant en effet d'identifier la bête  dans l’histoire  à travers ses diverses formes d’autorité. Qu'en est-il des diadèmes? L’on suggère qu’à notre  époque, l’image de la bête qui n’a plus de diadème pourrait -être liée au  régime  démocratique donnant plutôt  pouvoir  au peuple par voie d’élection.
Rappelons que son autorité  a pris  racines (a) sous l’ancien empire romain, après la succession des empires babylonien,  médo- perse et  grec - Daniel 7 s'y réfère ; (b) les sept diadèmes sur les sept têtes de la bête (12 :3) représentent sept empires qui n'ont pas été rayés de la carte de l’Europe durant la période de persécution (538 à 1798) ; (c) les dix diadèmes sur les dix cornes (Daniel 7 : 20, 24) représentent  10 rois d’Europe dont la puissance émanait du  dragon (13 : 2c).


(c) développement historique et accomplissements prophétiques

«  La bête était, n’est plus  mais reparaîtra » selon (v .8),cela correspondait à trois événements prophétiques importants :

> De 538 à 1798 ( les 1260 jours prophétiques). « la bête était » :  Rome papale.
> De 1798 à 1929 « elle n’est plus » : déclin du pouvoir papal à la suite de l’arrestation du pape Pie VI par le Général Berthier ( cf. à 13 :3). Durant cette période, 5 rois sont tombés. D'après la prophétie de Daniel, ceci correspondrait à :

(1) L'empire babylonien: 538 av JC – 603 av JC ( lion).
(2) L'empire médo-perse : 331 av JC – 538  av JC ( bélier )
(3) L'empire grec: 146 av JC – 331 av JC (léopard )
(4) L'empire romain/Rome païenne : plutôt 146 av JC – 4ème siècle ap JC ( 4ème animal de Daniel 7).
(5) Rome papale, en alliance avec les différents rois tels que Clovis, Charlemagne et autres: 538-1798

> « un existe, mais l’autre n’est pas encore venu » (v.10):  le pouvoir papal a connu un déclin mais la ville de Rome demeurait toujours. « Un huitième roi » réapparaît (v.11) : c'est la bête qui était et qui n'est plus mais qui reparaîtra. Après la signature du concile de Latran en 1929, un micro-Etat a été créé au sein d’un Etat (Italie). Le Vatican était né sous l'autorité du pape. Sa réapparition est un sujet d’étonnement et d’admiration  par , ceux qui l’adoraient, ceux dont le nom  n'est pas inscrit dans le Livre de vie. (13 :4, 8)
Il est à souligner  que tous ces événements  représentent des prophéties au temps de l'apôtre Jean.

L’apparence de la prostituée :>
le pourpre, l’écarlate, la coupe d’or, les pierres précieuses, l’or et les perles

Le pourpre : cette couleur représente le caractère royal et le pouvoir politique qui s’ajoute au pouvoir religieux qu’elle exerce sur sa propre église et sur toutes les églises apostates sous son pouvoir.
L’écarlate : cette couleur est l’emblème de l’église romaine et reflète les mystérieux pouvoirs que le pontife de Rome exerce sur son église (les cardinaux, le pape sont toujours vêtus de pourpre et d’écarlate).
La coupe d'or: l’église  de Rome semble être la seule institution religieuse au monde à avoir introduit un culte avec des coupes d’or.
Ce n’est pas une coïncidence si le pourpre est la couleur de la Rome impérialiste et l’écarlate la couleur principale adoptée par le catholicisme romain. Le pouvoir papal n’entraîne-t-il pas ses sujets dans un culte soit disant sacré mais qui est d’origine païenne babylonienne et ceux-là s’adonnent entièrement à la vénération d’images et de statues, au signe de la croix, au chapelet, à l’emploi de cierges et d’encens, et bien d'autres idoles, c’est-à-dire à des pratiques d’origine païenne. D'autres rites incluent encore les prières adressées aux "saints"  morts, l’eau bénite et à bien d’autres rites et cérémonies.

Grande leçon à retenir par toute femme mettant son espoir en l’Eternel Dieu
Si les couleur pourpre et écarlate, les parures d’or, de perles et de pierres précieuses symbolisent l'apparence extérieure de la femme apostate, de belles parures intérieures sont plutôt agréables aux Yeux de notre Créateur. I Pierre 3 : 3-5.

II - Repères géographiques : une église et un état

Le verset 9 est extrêmement explicatif car géographiquement il localise le siège de l’église qui domine le monde et historiquement désigne  Rome étant la seule ville bâtie sur 7 collines. Les 7 têtes représentent les 7 collines sur lesquelles était bâtie l’antique ville de Rome, où naquit l’église catholique romaine et dont les noms sont les suivants :

le Capitole (Campidoglio = Capitolium), le Quirinal (Quirinale = Quirinalis), le Viminal (Viminale=Viminalis), l’Esquilin (Esquilino = Esquiliae), le Caelien (Caelius = Celio), l’Aventin (Aventinus = Aventino) et le Palatin (Palatium = Palatino).

Le fait que la prostituée soit assise sur ces endroits révèle que l’église apostate exercera un pouvoir politique sur toutes les nations du monde, par son autorité religieuse, en association étroite avec la bête écarlate qui sera le dictateur mondial et qui exercera son pouvoir par le moyen des 10 rois d’Europe.

L’on suggère que les dix cornes de la bête font référence aux 10 pays européens qui ont signé le Traité de Rome [Traité de Rome (Traité instituant la Communauté européenne) et qui sont devenus membres du Marché Commun, c’est-à-dire la CEE {maintenant l’Union Européenne}. Ces rois se soumettront unanimement à la domination de la bête pour régner avec elle pendant une courte période, et combattront contre l’Agneau Qui les vaincra (chapitre 19 : 14, 19), car Il est « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs ».
Cet événement se produira à la fin de la tribulation lorsque Jésus Christ de Nazareth reviendra sur la terre avec Ses armées (2 Thessaloniciens 1 :8).

Nourrissons encore notre espoir et empressons-nous pour gagner la course car le retour de Jésus Christ de Nazareth  en Puissance et en Gloire se révèle bien proche!  Un Retour royal et seigneurial digne de ces qualificatifs devant affermir notre foi.

Cette femme, qui domine  les rois de la terre, vient d'être identifiée.  Mais restera-t-elle puissante et dominatrice? La colère de l'Eternel Tout Puissant la fera détruire. «La proclamation de la chute de Babylone » constituera notre prochain enseignement.



< suite>>